archives

EUSKO  ALKARTASUNA ZER DA ?

Qu’est ce que EA ? ( Texte bilingue,

euskara / français )

§

>>>> 02/ 07 / 2011 an EGUNERATUA /

Actualisé O2 / O7 / 2O11   <<<<<<<<<<

§

Euskal alderdi abertzalea, laikoa, bakezalea eta mugaz gaindikoa, Euskal Herriko lurralde guzietan hedatua eta sozialdemokraziaren arauak egin ahala euskal gizarteari  egokituz doana, ALE Europar alderdiko kidea, bai eta R&P.S. federaziokoaren sortzailekidea.


Karlos Garaikoetxeak Frankismoaz geroz izan den Euskadiko lehen lehendakariak eta hunen inguruko EAJ.ko hautetsi eta kide andana batek sortu zuten 1986 an Iruinean, EAJ.alderdiko buruek aski tarrapatan kargutik kendu zutenean Espaniol eskuinari (Alianza Popular deituari) buru egiten zutelakoan. Lapurdi, BeNafarroa eta Zuberoako kide andana bat ere lotzen zela hastetik beretik alderdi berri honi.

Orain arte, lehen egunetarik, euskal zazpi lurralde historikoak  (Araba, Bizkaia, Gipuzkoa, Lapurdi, Goi Nafarroa eta Beherea, Zuberoa) politikoki  elkartzen dituen alderdi hunek izan dituen buruzagi lehenak izan dira Karlos Garaikoetxea sortzailea, ondotik Begona Errazti eta Unai Ziarreta. Lehendakari berria izendatu beharra dela helduden ekainako Kongresu berezian. Anartean, alderdiko buruzagi izendatua baita Koldo Amezketa, Nafar Parlamentuko 2.lehendakari orde, EAko militante historikoa .

Azken kongresuaz geroz Pello URIZAR Arrasatearra hautatua izan da EA osoaren Idazkari Nagusi bezala EA ren ildo politikoa aurrea edo aintzina eremateko.

Eusko Alkartasuna – Traduisez : « Solidarité basque » – est un parti national (présent sur tous ls territoires basques), abertzale (patriote basque), parti laïc, radicalement pacifiste, « transfrontalier », social démocrate et fédéraliste européen, membre de l’ALE (Alliance Libre Européenne, allié des Verts Européens) comme aussi cofondateur et membre de la fédération R& P.S. (Régions et Peuples Solidaires) présidé par le professeur occitan Gustave Allirol, ancien maire de St Hostien, président également du Partit Occitan et qui regroupe 11 partis démocratiques et pacifiques des différents peuples ou partie de ceux ci (cas de la Catalogne, Occitanie, Pays Basque  !)   actuellement dans l’Etat français.

EA tente donc de regrouper les 7 territoires historiques du Pays Basque, à savoir: l’Alava, la Biscaye, le Guipuzcoa (dans l’état espagnol), le Labourd (en territoire français), la Navarre (haute et basse) partagée entre Etats franco espagnols, la Soule (dans l’Etat français) par delà de la fausse “frontière  naturelle”.

Karlos Garaikoetxea, Begona Errazti, Unai Ziarreta ont conduit jusqu’à aujourd’hui les destinées de la formation Eusko Alkartasuna, dotée dès le départ d’un Exécutif national de 20 membres et d’une Assemblée nationale (organe de contrôle de l’Exécutif) composée de 150 représentant(e)s, élu(e)s pour moitié, en Congrès et pour l’autre par les fédérations locales.Aujourd’hui, Pello URIZAR , élu Secrétaire national du parti en assume vigoureusement la direction.

Ikusiz Euskal Herriaren berezitasuna : nola den frantses eta espaniol estatuen artean zatitua eta berexia, alde batetik Nafarroako Foru lurralde autonomoa (Iruinea / Pamplona), bestetik Euskadiko lurralde autonomoa (Gasteiz / Vitoria), bestaldean Zuberoa (Maule hiri nagusi), Benafarroa (Donibane Garazi hiri nagusi) eta Lapurdi (Baiona hiri nagusi) eskualdeak, hemen ezagutza instituzionalik batere gabe, denetara 20.000km2  eremurekin eta 3 miliun inguru biztanlerekin, Eusko Alkartasuna aintzindari agertu da, nahi t’ez, Euskal Herri osoarentzat gisa hortako euskal politika alderdi abertzale bat xutik ezartzeko aski lege bidez. Zailtasunak  zailtasun !

Vue la configuration institutionnelle bien particulière- vrai démembrement de pays et de peuple ! (à l’exemple  surtout  de la Catalogne) de l’ensemble du Pays Basque (20.000 km2, 3 millions d’habitants environ), divisé de force et arbitrairement voici 4 siècles, entre les 2 Etats français et espagnol,

- d’un côté la Communauté forale de Navarre (Autonome, capitale Pampelune) et Euskadi (Autonome, capitale Vitoria). Population: 2.750.000 habitants.

- de l’autre, «  côté français » les 3 provinces de Soule (Mauléon), de Basse Navarrre (St Jean Pied de Port) et de Labourd (Bayonne). Population : 270.000 habitants.

Tous ces trois derniers territoires, relevant de l’Etat français, SANS ENCORE DE RECONNAISSANCE JURIDIQUE MEME MINIMALE, de la part de la démocratie républicaine française ! – et inclues de facto- depuis la Révolution française, avec le Béarn dans le département des Pyrénées Atlantiques (préfecture : Pau). D’où litige permanent sur ce plan également, mis d’ailleurs en lumière par l’ imposante campagne de BATERA (plus de 20% de signatures  authentifiées, recueillies dans la population de ces 3 provinces en faveur d’un ” département Pays Basque”). Quand rien ne bouge encore ! A croire que vue de Paris ou des administrations proches (Bordeaux, Pau…) cette partie du Pays Basque n’est  même plus dans l’Etat français ! Trop acquise à l’autre côté du Pays Basque ?…(Côté espagnol…).

Eusko Alkartasuna est présente dès sa création, bien que, forcément, de manière inégale, sur l’ensemble des territoires basques (côté espagnol ou français), contrainte de fonctionner – même à l’heure européenne ! -tantôt selon la loi des partis espagnols, tantôt selon celle des partis français.

Eusko Alkartasuna débuta en 1986 avec le navarrais Karlos Garaikoetxea, avocat, ancien président du vieux parti PNV comme aussi ancien 1er Lehendakari (président) charismatique d’Euskadi post franquiste et divers élus et militants proches, désavoués à grands fracas par l’appareil de ce parti pour leurs prises de position anti droite espagnole (AP : Alliance Populaire, prédécesseur du PP actuel) -d’abord en Navarre – et qui marquaient aussi une position résolue vers la constitution naturelle et progressive en Europe d’un Pays Basque  euskaldun, moderne, réunifié, progressiste et en recherche de souveraineté nationale basque.Le litige portait aussi sur d’autres points comme la conception soit figée (traditionnelle) soit évolutive de l’administration du territoire d’Euskadi, de son gouvernement, de ses diputations (conseils généraux) provinciales, Araba, Bizkaia,Gipuzkoa.

Garaikoetxea et son épuipe défendaient clairement la deuxième option par l ‘affirmation d’un pouvoir basque plus conséquent. Comme pour  mettre en place  d’urgence université basque,  radios télé basques, relance économique et socialepolice autonome basque ( Ertzaintza ) etc.. qui furent d’ailleurs mis en place lors de son mandat. Mais Madrid  ne l’entendait pas -  (ou surtout) – de la sorte ! D’où son intrusion directe et ses manoeuvres à peine voilées dans le débat basco basque.

Tandis que malgré une amnistie générale, persistait aussi, par ailleurs- et au milieu de quelles aberrations  et drames continus ! – l’ ETA. Comme si rien de nouveau ne se mettait véritablement en place au moins dans la Communauté Autonome basque d’Euskadi ! Car, il fallait bien d’urgence commencer au moins par un bout ! Les autres territoires basques n’étant pas oubliés pour autant dans la pensée de Garaikoetxea et de son son équipe fraichement installée. A preuve les relations établies immédiatement avec la Navarre et aussi le LABENZU (Labourd, Basse Navarre, Soule) par des aides significatives surtout en matière de langue et culture basques… A noter que dans le même temps des formations comme notamment Ema, Euskal batasuna, Herriaren alde regroupés peu après dans AB (Abertzaleen Batasuna) appuyaient , à l’époque, carrément, la” tendance dure” inverse (celle de H.B. – Herri Batasuna – prédécesseur de Batasuna) et que la tendance Aralar était , elle,  encore une composante de  H.B.

Le PNB non encore constitué en Labenzu, EA était bien seul à faire face à l’époque à Iparretarrak  comme à ETA et à leurs satellites. D’où le régime au “pain sec” auquel il fut longtemps soumis au travers de nombreux stratagèmes purement culturels comme politiques à travers revues, journaux, radios basques privées aux mains d’abertzale traditionnels “du nord / Iparralde”  ne lui  accordant pratiquement aucun égard. Procédé commode pour étouffer sa voix ou la renvoyer le plus possible “au sud/ hegoalde” comme l’ étranger !! (Le poids du passé n’ayant d’ailleurs pas corrigé grand chose, semble t-il, encore.Abertzalisme traditionnel oblige !

Quelles langues principales d’échange  en Pays Basque ?

Dans la pratique des échanges quotidiens entre les divers territoires basques, ceux-ci se font majoritairement soit en espagnol, en français, mais aussi évidemment en basque (euskara), comme aussi parfois en gascon /Occitan,  mais ceci plutôt chez des adultes sur la frange du BAB et certaines communes du Bas Adour (depuis  Bidache, Bardos, Urt, à Urcuit, Lahonce ou Mouguerre port…).

Eusko Alkartasunak nahi duena ere lehen kongresutik beretik : Euskal Herri osoa bateratzea “Euskal Errepublika moderno bat” gauzatuz Europan.

Bainan Lapurdi, Benafarroa eta Zuberoarentzat, gutienez, euskal departamendu bat ardietsiz  lehen bai lehen edo orain hobeki – hau ere, oraino Parisetik beti ukatzen daukutenaz geroz  !–egiazko lurralde autonomo bat. Alde horietarat ari baita gero ta gehiago  EA bere xedetan Baionan duen egoitzatik bereziki (34, Pannecau karrikan). Bainan hau bide demokratikoz eta baketsuez ereman behar dela gain gainetik.

Le 1er Congrès constitutif du nouveau parti célébré dans l’enthousiasme en 1986 à Pampelune  et y réunissant militant(e)s de l’ensemble des territoires basques, jeta les bases de ce nouveau parti. C’est ainsi qu’y accoururent aussi des dizaines de militant(e)s de Bayonne, Hasparren, Ustaritz, Biarritz, St Jean de Luz, Hendaye… qui, à leur tour, fiers de rejoindre enfin un parti basque abertzale, laïc,  national, surtout pacifiste et progressiste – comme aussi résolument fédéraliste européen- fondèrent  quasi concomitament avec les autres, la 1 ère fédération de EA sur le Labourd, Basse Navarre et Soule, en ouvrant leur siège (Elkartetxe : Maison commune) à Bayonne / BAIONA au 8, quai Galuperie : ( Aujourd’hui déplacé au 34, rue Pannecau ).

C’était pour l’époque (1986) la seule entité politique préconisant pour la partie La-beN-Zu (Labourd, Basse Navarre, Soule) :

la reconnaissance institutionnelle du Pays Basque de France ( au moins un Département Pays Basque) à laquelle il resta fidèle  sans discontinuer malgré certaines appréhensions et tergiversations dans certains autres rangs abertzale. Aujourd’hui, cette option va aussi plutôt à une « Autonomie » interne  propre dans le cadre institutionnel européen. Position déjà élaborée dans le document central de EA / Iparralde ” Labenzu ” en préparation dès 1991 et diffusé largement pour la 1ere fois aux élections régionales de 1992  ( il est vrai , en tandem avec Entau Païs, formation occitaniste autonomiste  du Béarn leadéré alors par David Grosclaude). Un groupe de militant(e)s  relativement important décidant alors curieusement de se retirer de EA  /Iparralde / Labenzu et pour d’autres de se joindre à AB mais davantage , peut-être, au PNB (Parti nationaliste basque) en formation. D’où une certaine hémorragie dans les “troupes” d’EA du nord pourtant déjà peu nombreuses mais de grande qualité humaine et professionnelle (nombre de cadres et moyens cadres).

- la réunification nationale de l’ensemble des territoires divisés du Pays Basque et leur articulation souple (adhésion tout à fait libre  et à un rythme différencié) autour d’un seul et même projet politique national et social progressiste, social démocrate ” plus de social pour plus de démocratie (vraie !) et plus de démocratie pour plus de social (réel!)  “, comme aimait à dire dans ses interventions, en résumé de son message, le  président, professeur Peillen.

- la souveraineté démocratique progressive et pacifique du Pays Basque (Euskal Herria) en Europe, à l’égal d’états comme Malte, Luxembourg etc…

Aujourd’hui, cette même fédération continue son action avec à sa tête Martin Etchepare, gérant de société, Maire adjoint de Mendionde / Lekorne – 64240- succédant ainsi à Pierre Charritton, Txomin Peillen et Manex Pagola.

Elle coexiste dans le camp abertzale avec AB, Batasuna, EAJ / PNB et autres organismes encore, avec lesquels elle entretient des collaborations fluctuantes…selon les époques et certains  enjeux électoraux…

Mais pour la politique locale et quotidienne concrète, surtout dans les franges urbaines de la Côte basque (Bayonne, Biarritz, Anglet, St Jean de Luz, Hendaye et leur arrière pays immédiat…), en tenant compte également de la sensibilité gasconne ou occitane du BAB surtout, EA de Bayonne est en fait aussi en recherche d’un pôle de gauche progressiste démocratique et pacifique large qui, dans le “contexte politique français local ” irait des partis abertzale progressistes et pacifistes de gauche aux partis même hexagonaux comme les Verts ( aujourd’hui EELV ) d’Aquitaine ou du Pays Basque (côté français) , le PS, le PC…

C’est ainsi qu’aux dernière municipales à Bayonne, EA fit partie sans problèmes de la liste de gauche (P.S. et PC ) opposée principalement à la liste UMP.

2.009 an, alde honetako federazio hori ari da bere sailari Mattin Etchepare duela buru, hau bestalde Lekorne herriko auzapez orde delarik ere kultura sailan.

Bere egin ahalak egiten ditu ere beste alderdi abertzalekin bereziki akomeatzeko, hala nola AB, Batasuna edo EAJ-koekin. Bainan geroz ta gehiago bilatzen du ere ezker orokor aldetik jotzea, berdin ere beste ezkerreko beste alderdi hauekin uztartuz noiz nola, Akitaniako. Euskal Herriko Berde-( EELV )kin, PS eta PC rekin ere.

SIEGE SOCIAL DE BAYONNE  et publications actuelles…

Ce dernier est situé, aujourd’hui, pour Bayonne à l’Elkartetxe (maison commune) -Tel : 05-59-25-50-98 – au 34 rue Pannecau - qui abrite aussi le journal ZUBIAK (traduisez : ponts, échanges, relations…), directeur actuel de publication: Martin Etchepare, organe bilingue (euskara, français) qui traite des points de vue (rubriques économiques, sociales, écologiques, politiques, culturelles) et des activités et projets nombreux de la fédération EA basée sur Bayonne. Abonnement annuel : 15 euros .

- Les adhésions à EA se font sur acceptation des Statuts politiques du parti. Cotisation annuelle : 50 euros, (20 euros pour étudiants et personnes en recherche d’emploi).

Baionako EA ren egoitza eta eskualdeko politika bizia

Politika bilkura gehienak Baionako Ekartetxean egiten dira inguruko herrietarik edo hirietarik horrarat bilduz – Telefonoa : 05-59-25-50-98 edo : 06-08-63-05-12

Hortik hedatzen da ere argitaratzen duen aldizkari elebiduna : ZUBIAK deitua (euskaraz eta frantsesez idatzia). Honen arduradun berria  delarik Martin Etchepare.

Sail asko daramazki aldizkari honek, dela bereziki ekonomiari, gai sozialeri, ekologiari, kulturari eta politikari buruz. Urteko harpidetza edo abonamendua: 15 eurotan.

EA-kidetzea egiten da alderdiko estatuak onartzean eta 50 euroko urtesaria ordainduz, (ikaslek eta enplegu bilatzalek aldiz 20 euro).

Alderdiaren beste federazioko harremanak egiten dira zuzenean webgune nazionaletik (http://www.euskoalkartasuna.org) edo alderdi osoaren agerkari ofizialetik, hau baita “Alkartasuna” deitua, Donostiatik 10.000 aletan zabaltzen dena.

Cependant le lien informatif habituel avec les autres fédérations EA (Navarre + Euskadi) se fait régulièrement au travers du site web national d’EA (http://www.euskoalkartasuna.org) et de l’organe officiel Alkartasuna «  Solidarité », en langues basque et espagnole, édité à 10.000 exemplaires à St Sébastien (Donostia) en province proche du Guipuzcoa (à 50km seulement de Bayonne ! ) et diffusé auprès de tous les adhérent(e)s de toutes les fédérations de EA de tous les territoires basques et aussi à travers la diaspora, principalement celle d’Amérique du Sud. EA comptant, par exemple, une fédération active en Argentine.

AMI LECTEUR, AMI LECTRICE,

SI VOUS VOULEZ …

que le Pays Basque (Euskadi, Euskal Herria) tout entier (cultures, langues, échanges divers, santé, éducation, formation, économie, social, etc…) avance tout entier – démocratiquement et pacifiquement - dans le concert des nations souveraines d’Europe et du monde, à commencer par les plus proches en Europe de l’ouest : Alsace, Andalousie, Aragon, Bretagne, Catalogne, Corse, Ecosse, Flandre, Pays de Galles, Galice, Irlande, Occitanie, Savoie et autres…encore sans institutions nationales propres !! Rejoignez un parti abertzale de gauche progressiste et humaniste, démocrate et pacifique qui a fait ses preuves.

C’EST ENSEMBLE QUE NOUS GAGNERONS POUR DE BON ET GARANTIRONS aussi nos conquêtes, mais toujours démocratiquement et pacifiquement. C’est la conviction profonde d’Eusko Alkartasuna !

Elkarrekin (elgarrekin) ariago, Europako Herri zapaldu eta ukatu hauk oro,  jada abiatu urratsetarik… eta orduan segurrago… aintzinatuko gara (gare) Euskal Herrian ere. Bainan demokratikoki eta babetsuki jokatuz !

Hau baita EUSKO ALKARTASUNA bezalako alderdi baten uste handi handia (sakona !).

M.P.

———————————————————————————————-

Jaun andere adiskidea,


  • Zuk ikus orai eta etor

  • jakinean eta libreki

  • gure indarren lauzkatzerat.

  • ONGI ETORRI EA rat !

A VOUS DE JUGER MAINTENANT !

MAIS N’ HESITEZ PLUS !

Forts de vos droits de citoyens européens,

Adhérez librement et en connaissance de cause !

Vous êtes les bienvenu(e)s à EA !

Eusko Alkartasuna

ONGI ETORRI, ADIXKIDEAK !

———————————— § —————————————————

NOTA – Nota – Nota….

BREF LEXIQUE POLITIQUE ABERTZALE

(Pour mieux se retrouver dans les principaux sigles politiques abertzale, habituels du Labenzu / Iparralde).

AB / Abertzaleen Batasuna ” Union des patriotes basques”,  parti abertzale (patriote) basque,  exerçant surtout au nord du Pays Basque (Labenzu / Iparralde )

Social : Altermondialiste

A aussi adhéré à la fédération R& P.S.

B A T A S U N A ” Unité”  parti national abertzale (patriote) basque,  couvrant aujourd’hui tous les territoires basques mais  ne pouvant actuellement exercer légalement qu’en  Labenzu / Iparralde , car illégalisé de l’autre côté par l’Etat espagnol. Majorité de ses dirigeants emprisonnée  et sièges fermés !

Social : Se définit comme ” gauche abertzale ou patriote basque”

EA / E U S K O    A L K A R T A S U N A ” Solidarité basque”, parti national abertzale (patriote) basque, exerçant sur l’ensemble du Pays Basque des deux côtés de la frontière franco espagnole. Strictement pacifiste.

Social : gauche social démocrate basque et européenne.

Cofondateur de R& P.S. et membre de l’ALE

EAJ / PNB (Parti nationaliste basque) dans le sens abertzale, fondé en fin 19e siècle à Bilbao- après le PSOE – et présent sur l’ensemble du Pays Basque. Strictement pacifiste.

Social: Démocrate chrétien

A adhéré  aussi à R& P.S.

- Groupe abertzale (patriote basque)  AUTONOMIA ERAIKITZEN “Autonomie en action”, agissant surtout dans le Labenzu / Iparralde / nord.

Social : gauche non définie…

§  – Tous ces trois partis abertzale (patriote basque), ainsi que le dernier organisme mentionné, préconisent au moins, mais chacun selon son mode particulier et avec plus ou moins de force, la reconnaissance internationale de l’identité nationale du Pays Basque.

- N’arrivent cependant pas, même ensemble, à 10% -15% uniformes aux élections législatives sur les 3 circonscriptions électorales ( 4, 5, 6 ) des P.A où ils interviennent.

En 1963, le mouvement Enbata — défini alors ” nationaliste basque et fédéraliste européen- seul en lice à l’époque aux élections  pour le camp abertzale (patriote basque) et revendiquant un département Pays Basque pour le LABENZU (Labourd, Basse Navarre et Soule) obtenait 5%.

———————————————————————————————

EUSKO  ALKARTASUNA

2.009 an laburki

Nahiz gora behera zenbait izan bere indarretan – alderdi guzietan bezala- gaur egun EA-k  6.000 kide inguru ditu, gehienak EH. hegoaldean, bixtan dena (hamabi aldiz jendetsuago !).

Bestalde,

- Eurodeputatu bat Europan datorren bozak arte segurik.

-4 parlamentari Nafarroako Parlamentuan, beste 1  Euskadikoan, 12 ordezkari foru aldundietan

- hogoi herriko etxetan auzapezak Nafarroan eta Euskadin (hala nola hemen Zumaia, Zarauz, Gernikan).

Euskadiko azken bozetan ukan beherakada handiaren ondotik, EA-k erabakia du kongresu berezi bat egitea ekaina bukaeran Gasteizen, ideologia eta estututuak berrikusteko eta zuzendaritza berri bat bozkatzeko .

Hortik landa, alderdiko kargu guziak berrituak izanen dira beheretik goiti.Urrats berri bat abiatuko baita orduan alderdiarentzat eta bereziki baitezpada zabaldu nahi duen mezuaren ahal den egokiena eta ozenena ezagutarazteko herritarren artean.

EH.iparraldean dela EA  aise ahulenik, hemen ere urrats berriak eman nahi dira lan berdineri joaiteko alderdi guziarekin betan.

E.H. hegoaldean espaniol nazionalista – zentralistak utzi direla horrenbeste aintzinatzerat gobernuetan (Nafarroakoan eta Euskadikoan ere !) eta Labenzu-n edo iparraldean deus ez dela mugitzen instituzio aldetik segurik, lan zaila bainan ederra du halere EAk  gauzen aintzinarazten lehiatzen.

Hortakotz eta bereziki EH.aren eskubideak beti buruan, du euskal abertzaleen elkargoa xekatuko ahal den toki guzietan- haatik hauk argiki egitekotan – jada aski erakutsi duen bezala. Bainan ere beti molde zibilez jokatzekotan (Bakez eta demokraziaz).


EA nazionala 2011 an


Pello URIZAR en gidaritzapean, bere Batzorde Erabakitzaile nazionalarekin, bai eta bere Biltzar Nazionalarekin, BILDU koalizo elektoraleko partaide suhar jarria da Alternatiba eta Independentekin.Denen arte uzta ederra altxatzen dutela EH. hegoaldean  Herriko etxe ( Udala ) eta Lurraldetan. Abertzaleen lerroan hautetsi kopuru gehiena ardietsiz bai eta diputazioetan ordezkaritza handia. Hala nola Gipuzkoan berean Garitano deputatu naguzia  eta Eizagirre auzapez edo alkatea Donostian. Gipuzkoako Junten lehendakari delarik ere Donibane Lohitzundar andere Lohitzune Txarola.

Iparraldean, bere azken Biltzar Nagusiaz geroz ( 2011 / O5 / 29 )  EAk  dei egiten du


- Euskal Errepublika bat Europan jartzearen alde. Frantziak, ikusten denez ez baitu ez euskal Populurik ez Herririk onartzen.Hainbertze eta hainbertze  joko tzar eta zimardika lekuko !

- Baitezpadako dela ere, BILDU ren gisako zerbait antolatzea ere hemen lehen bai lehen, egoera politikoak sakonenetik  ( barne barnetik hartuz ) alderdi abertzaleen arteko egiazko errespetu eta adostasunak ongi finkatuz.


Goazen beraz oraitik Euskal Herri edo Euskadi subiranoa Europan eraikitzera !

Demokratikoki eta bake bidez, politikoki !


M.P

——————————